+ 2020 DYNABIOCAT Hydrogel biocatalytique supporté sur une mousse élastomère pour la conception d’un réacteur dynamique original et performant pour la transformation du CO2

projet inter carnot

Porteur du projet

David EDOUARD Laboratoire LaGEPP

david.edouard@nulluniv-lyon1.fr

Laboratoire(s) membre(s)

Durée : 2 ans
Financements : 50 k€

en collaboration avec 
logo-institut-charles-sadron  CARNOT_1105_MICA

Axe(s) de recherches

La recherche de solutions permettant de réduire l’augmentation de la température de la planète est un des problèmes le plus important auquel le monde et les générations futures doivent faire face. Actuellement l’option choisie consiste à réduire la production de CO2, un des principaux gaz à effet de serre émanant surtout des pays industrialisés. Ainsi, ces pays contraignent leurs entreprises à maitriser la production de CO2 via une politique de taxation mais celle-ci ne peut être totalement nulle.

Une alternative apparait alors évidente, la transformation du CO2. Plusieurs procédés ainsi développés se sont heurtés aux verrous suivants :
(1) trop faible activité du catalyseur permettant la transformation du CO2 en carbonate
et (2) accumulation de ces sels solides diminuant les performances des procédés utilisés.

Le projet DYNABIOCAT propose de lever ses deux principaux verrous à travers la conception d’une technologie innovante d’intérêt industriel à très fort impact sociétal.
equip_lagepp_dynabiocat
L’anhydrase carbonique (AC) est le biocatalyseur qui transforme le plus efficacement le CO2 en carbonate. Mais cette enzyme est onéreuse excluant jusqu’à lors son utilisation dans un procédé industriel. Notre projet propose d’encapsuler l’AC dans un hydrogel supramoléculaire équipant un réacteur pulsé sous flux. A la différence des technologies actuelles de greffage d’enzymes sur des supports solides conduisant à terme à leur désactivation, l’encapsulation d’enzymes dans un réseau auto-assemblé n’impose aucune contrainte mécanique prolongeant leur durée de vie. D’autre part, le caractère aqueux du gel, associé à un flux d’eau à travers le réseau va permettre d’éviter l’accumulation de sels de carbonate, rendant le procédé performant dans le temps. Enfin, basé sur le caractère élastique du lit catalytique, des cycles de compression/détente de ce dernier vont permettre l’intensification des transferts gaz-liquide, représentant ainsi une rupture avec les technologies actuelles de captage du CO2.

Le projet est réalisé en collaboration avec logo-institut-charles-sadronICS UPR22-CNRS, Institut Charles Sadron, Loïc JIERRY, Professeur
CARNOT_1105_MICA

Une ingénierie adaptée aux services des enjeux de nos partenaires

CALY TECHNOLOGIES, MECALAM, CCI LYON, VIBRATEC, THALES, AREVA, VOLVO, RENAULT, MICHELIN, ANNEALSYS, HUTCHINSON, EDF R&D ENERBAT, RIBER, SKF, EDF, PSA Peugeot-Citroen, SAFRAN, CARA, ST MICROELECTRONICS, ...